Les prières de l'Aïd

L'Aïd Al-Fitr : la fête de la rupture du Jeûne :

C'est "l'Aïd-A-Sâghir" ou la "petite fête" comme elle est appelée affectueusement dans la communauté musulmane. L'Aïd a lieu le premier jour du mois de Chawwâl qui marque la fin du jeûne du mois de Ramadan.

La fête de l'Aïd al-Fitr est traditionnellement spirituelle et conviviale. Elle est préparée et attendu avec ferveur et passion spirituelle d'avoir accompli le jeûne dans les meilleures conditions que le permettent les capacités de chacun, dans la piété et le développement de la Foi telle que l'expression arabe le justifie bien : "al-Ijtihâd-fi-din" ou "al-Jihâd-fi-din" qui signifie l'effort dans le cheminement spirituel et l'élévation de la Foi.

C'est un jour de fête et de liesse dans toute la communauté musulmane. Il représente surtout l'échange et la communion familiale et sociale des musulmans et des musulmanes. Car c'est le jour des réconciliations et des pardons pour rétablir, coordonner et harmoniser les liens familiaux ou sociaux. C'est le jour des retrouvailles entre amis et parfois des découvertes de nouveaux amis pour enrichir les liens et les relations sociales pour l'amour de Dieu, Allah Loué soit-Il. Mais avant tout et surtout, c'est le jour du bonheur familial que chaque membre exprime aux autres par les voeux dans les salutations dès le matin en la formule de : "Aïd Sa'ïd" ou "Aïd Moubârak Sa'ïd" qui est suivi généralement des voeux de santé, de bonheur, de richesse etc..., pour l'année à venir jusqu'au Ramadan prochain. Les musulmans se déplacent chez les membres de la famille, les amis et les connaissances pour les échanges des salutations et des voeux traditionnels, accompagnés souvent des présents qui sont aussi nombreux que différents, mais généralement ce sont des pâtisseries et des gâteaux le tout fait maison évidemment.

A'icha dit :

"Abû Bakr entra chez moi pendant que j'avais deux jeunes servantes des 'Ansâr qui chantaient en répétant les poèmes de leur tribu inspirés par la bataille de Bu'âth. Ces deux filles ne faisaient pas métier de chanter. Abû Bakr s'écria alors : "Quoi ! Des chants diaboliques dans la maison du Prophète وسلم صلى الله عليه !" C'était un jour de fête, et l'Envoyé d'Allah lui répliqua : "O 'Abû Bakr, chaque communauté a une fête et c'est la nôtre" Hadith Sahih Muslim."

L'Aïd Al-Adh'ha : la fête du sacrifice :

L'Aïd Al-Adh'ha signifie la fête du sacrifice du mouton. Cette fête est une prescription de Dieu dans le Saint Coran, en héritage de la substitution généreuse, par un mouton qu'Allah a attribué à Ibrahim (Abraham en arabe) lors du sacrifice de son fils Ismaël. Dans le langage arabe courant, l'arabe dialectal, cette fête est communément appelée : "l'Aïd Al-Kébir" qui signifie de par sa dimension sacrée : "la Grande Fête" dû au sacrifice du mouton.

C'est une fête dont l'importance n'a d'égale que sa dimension grandissime dans le culte musulman. Pour tous les musulmans croyants qui se trouvent dans n'importe quelle contrée de ce monde, et tous les croyants qui investissent leur Foi dans l'accomplissement de leur devoir de pélerinage à la Mecque : al-Hajj, cette fête est un rituel que tous et toutes accomplissent en reconnaissance de la Miséricorde d'Allah et de Son amour pour l'humanité.

Le Principe essentiel du sacrifice du "mouton" est le partage des Bienfaits qu'Allah offre aux croyants dans le monde. Ce n'est pas pour le besoin d'Allah car Il Transcende tout ce que nous pouvons Lui offrir, mais c'est donc et avant tout en souvenir de la tradition d'Abraham que le sacrifice prend des allures de fête pour la célébration des Louanges d'Allah, en ce jour béni par la généreuse donation divine.

Sourate 22, Verset 28 :

Dieu a dit : "pour participer aux avantages qui leur ont été accordés et pour invoquer le nom d'Allah aux jours fixés, sur la bête de cheptel qu'Il leur a attribuée, "Mangez-en vous mêmes et faites-en manger le besogneux misérable." "

Le matin, après la prière à la mosquée, on sacrifie un mouton ou un autre animal (Boeuf ou chameau) qui est consommé lors d'un grand repas de famille. Un tiers de la viande est donné aux pauvres. On rend visite aux gens pour leur souhaiter la bonne fête. La fête dure 4 jours. Elle a lieu à la fin du douzième mois lunaire qui est le mois du pélerinage "Hajj". A la Mecque, Elle indique la fin du pélerinage à la Mecque. Le sacrifice ne fait pas partie des cinq piliers de l'islam et il est plus considéré comme une tradition que comme une obligation coranique. Par conséquent, des solutions alternatives au sacrifice sont possibles telles que le don ou l'offrande.

 

Les deux prières de ces deux occasions s'effectuent de la même façon et sont constituées d'un cycle de deux rakaa que l'on effectue après les takbir. La récitation de la Fâtiha et d'une sourate se fait à voix haute. Après la prière, l'Imam prononce deux sermons qui permettent de rappeler les recommandations de Dieu, d'inviter les croyants à la bienfaisance, la foi et d'exhorter contre le mal et les mauvaises actions.